ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Médecine Intensive Réanimation

2496-6142
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2011 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 20/5 - 2011  - pp.380-388  - doi:10.1007/s13546-011-0282-7
TITRE
La sédation comme facteur de risque d’infection acquise en réanimation

TITLE
Sedation as a risk factor for intensive care unit-acquired infections

RÉSUMÉ

Les agents hypnotiques et analgésiques, regroupés sous le terme général de « sédation », sont utilisés quotidiennement et de manière très hétérogène dans les services de réanimation chez les patients nécessitant une ventilation mécanique invasive. Or, plusieurs études épidémiologiques ont suggéré une relation entre sédation et infections acquises en réanimation. La sédation pourrait dans cette hypothèse favoriser les infections, qui représentent une complication fréquente en réanimation, associée à une lourde morbimortalité et à un surcoût. La prolongation de l’exposition aux facteurs de risque d’infection, les micro-inhalations ainsi que les anomalies de la microcirculation et de la motilité gastrointestinale induites par la sédation sont les principaux mécanismes par lesquels la sédation pourrait favoriser les infections en réanimation. De plus, des données expérimentales issues d’études humaines et animales suggèrent que les médicaments sédatifs peuvent moduler la réponse immune aux stimuli exogènes. Néanmoins, bien que les études cliniques comparant les différents agents sédatifs ne permettent pas de recommander l’utilisation d’un agent particulier qui réduirait les taux d’infections acquises en réanimation, les stratégies de sédation visant à réduire la durée de ventilation mécanique, comme l’interruption quotidienne des agents sédatifs ou l’utilisation d’échelles de sédation et de douleur intégrées dans des protocoles de sédation gérés par les infirmières selon des objectifs préalablement fixés, doivent être encouragées.



ABSTRACT

Sedative and analgesic drugs are routinely and heterogeneously used in mechanically ventilated patients. Several epidemiologic studies suggested a relationship between sedation and intensive care unit (ICU)-acquired infections. Sedation may promote infection, a common complication in the ICU, associated with a high morbidity, mortality, and cost. Prolongation of exposure to risk factors for infection, microaspiration, gastrointestinal motility disturbances, and microcirculatory effects are the main mechanisms by which sedation may favour infection in the critically ill patients. Experimental evidence based on both human and animal studies suggests that sedatives and analgesics may alter the immunologic response to exogenous stimuli. Clinical studies comparing different sedative agents do not provide evidence to recommend the use of a particular agent to reduce the rate of ICU-acquired infection. However, sedation strategies aiming to reduce the duration of mechanical ventilation including daily interruption of sedatives or nursing-implementing sedation protocols should be promoted.



AUTEUR(S)
A. ROUZE, S. PREAU, D. MATHIEU, A. DUROCHER, S. NSEIR

Reçu le 31 mars 2011.    Accepté le 2 mai 2011.

MOTS-CLÉS
Sédation, Infection, Pneumopathie, Opioïdes, Sevrage en opioïdes, Hypnotiques

KEYWORDS
Sedation, Infection, Pneumonia, Opioids, Opioid withdrawal, Hypnotics

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (141 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier