ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Médecine Intensive Réanimation

2496-6142
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2011 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 20/5 - 2011  - pp.373-379  - doi:10.1007/s13546-011-0292-5
TITRE
Intérêt de l’évaluation quantitative des sources d’inconforts en réanimation

TITLE
Quantitative assessment of perceived discomfort in critically ill patients

RÉSUMÉ

Les sources potentielles d’inconforts liées à une hospitalisation en réanimation peuvent être classées en facteurs intrinsèques ou liées au patient et à sa pathologie, en facteurs environnementaux tels le bruit et la lumière et en facteurs organisationnels. Il existe deux approches pour évaluer les sources potentielles d’inconforts liées à une hospitalisation en réanimation : une approche objective en mesurant, soit des paramètres physiques qui caractérisent les sources d’inconforts elles-mêmes, soit des paramètres physiologiques de leurs conséquences sur les patients, et une approche subjective reposant sur des méthodes d’évaluation de la perception et du ressenti des inconforts et sources de nuisance. La douleur ne constitue qu’une source d’inconforts parmi d’autres : soif et manque de sommeil sont deux inconforts souvent rapportés par les patients de réanimation. Une hospitalisation en réanimation durant laquelle des sources potentielles d’inconforts seraient insuffisamment contrôlées pourrait favoriser la survenue d’états d’agitation et de confusion durant le séjour et à distance, augmenter le risque de développement d’un état de stress post-traumatique. Disposer d’un outil de mesure validé des inconforts perçus par le patient de réanimation facilement utilisable en pratique clinique courante tel le questionnaire IPREA (Inconforts des patients de réanimation) permettrait de l’intégrer dans un programme d’amélioration continue de la qualité en réanimation et d’évaluer l’efficacité de diverses interventions contribuant au « mieux vivre » en réanimation.



ABSTRACT

Potential sources of discomfort or stressors associated with an intensive care unit (ICU) stay can be classified as intrinsic or patient-related factors, environmental factors (such as noise and excess of light), and organizational factors. Two approaches facilitate the assessment of ICU-related stressors: first an objective approach by measuring physical or physiological parameters that characterize either ICU-related stressors or their impact on the critically ill patient, and second, a subjective approach using questionnaires (patient-related outcomes). Pain is frequently reported by ICU patients as the main stressful condition, in relation to many therapeutic or diagnostic procedures. Thirst and sleep deprivation are also perceived very negatively by ICU patients in studies based on questionnaires investigating patient-related outcomes. ICU stays without control of stressors may induce agitation and confusion (ICU psychosis) and increase the risk of developing a post-traumatic stress disorder. Promoting the IPREA (Inconforts des Patients de REAnimation, discomfort in critically ill patients) questionnaire and its implementation in routine clinical practice could be the starting point for the development of quality assurance programs based on the Deming Approach—PDCA “Plan Do Check Act.”



AUTEUR(S)
P. KALFON

Reçu le 21 mai 2011.    Accepté le 1 juin 2011.

MOTS-CLÉS
Réanimation, Inconforts, Sources de nuisance, Questionnaire, Douleur, Sommeil, Soif, Bruit

KEYWORDS
Intensive care, Discomfort, Stressors, Patient-reported outcomes, Pain, Sleep deprivation, Thirst, Noise

LANGUE DE L'ARTICLE
Anglais

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (115 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier