ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Médecine Intensive Réanimation

2496-6142
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2011 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 21/3 - 2012  - pp.260-267  - doi:10.1007/s13546-012-0463-z
TITRE
Les entérobactéries productrices de bêta-lactamases à spectre élargi : où sont les dangers ?

TITLE
Extended-spectrum beta-lactamase-producing Enterobacteriaceae: what are the threats?

RÉSUMÉ

Les entérobactéries productrices de bêta-lactamases à spectre élargi (BLSE), apparues dans les années 1980, ont évolué selon deux vagues épidémiologiques. La première s’est caractérisée par l’émergence et la diffusion en milieu hospitalier et essentiellement chez Klebsiella pneumoniae et Enterobacter aerogenes de BLSE dérivées des pénicillinases de type TEM et SHV. Cependant, la mise en place, dans les années 1990, de mesures de contrôle dans les services à risque (comme en réanimation) s’est accompagnée d’une décroissance notable des K. pneumoniae et d’une évolution contenue des E. aerogenes productrices de BLSE. La deuxième vague s’est caractérisée par l’émergence, à la fin des années 1990, d’un nouveau type de BLSE plasmidiques, les CTX-M, qui se sont répandues chez Escherichia coli. Les E. coli CTX-M, par ailleurs résistants à plusieurs autres familles d’antibiotiques que les β-lactamines, ont été reconnus responsables d’infections acquises, tant en communauté qu’à l’hôpital dans le monde entier. Il a été mis en évidence que ces E. coli CTX-M circulent, en partie, sous un mode clonal et que les clones (ST131, ST95, ST69, ST393, ST405 et ST10) qui hébergent les CTX-M ne sont rien d’autre que les clones qui constituent les E. coli fécaux dominants chez l’homme. L’installation des CTX-M chez E. coli, c’est-à-dire chez l’entérobactérie qui vit en symbiose avec l’homme et qui est excrétée chaque jour à hauteur de 1020 unités formant colonies (UFC), constitue, d’une part, un nouveau péril fécal et, d’autre part, un réservoir sans fond de BLSE pour les autres espèces d’entérobactéries qui colonisent ou transitent par le tube digestif humain.



ABSTRACT

Extended-spectrum β-lactamase (ESBL)-producing Enterobacteriaceae, emerged in the 1980s and followed two epidemiological waves. The first one was characterized by the emergence and diffusion of TEM and SHV-derived ESBL in Enterobacteriaceae mainly including Klebsiella pneumoniae and Enterobacter aerogenes in the hospital setting. Infection control implemented in the 1990s in high-risk wards like the intensive care units resulted in a remarkable decrease in ESBL-producing K. pneumoniae and prevented the increase of ESBLproducing E. aerogenes. The second wave, which occurred at the end of the 1990s, was characterized by the emergence of a new ESBL type, the CTX-M enzymes and their spread in Escherichia coli. CTX-M-producing E. coli strains, also resistant to several antibiotic families other than β-lactams, were identified in the community- and hospital-acquired infections. CTX-M-producing E. coli isolates were shown to partly belong to clones (ST131, ST95, ST69, ST393, ST405, and ST10) corresponding to the E. coli fecal dominant population in humans. CTX-M spread in E. coli species, which represent the enterobacterial symbiotic partners of humans with daily excretion of 1020 colony forming units (CFU), resulted in a new fecal peril and a bottomless reservoir of CTX-M for the other enterobacterial species that permanently or intermittently colonize the human digestive tract.



AUTEUR(S)
M.-H. NICOLAS-CHANOINE

Reçu le 28 décembre 2011.    Accepté le 22 février 2012.

MOTS-CLÉS
Entérobactérie, Escherichia coli , Bêta-lactamase à spectre élargi (BLSE), CTX-M, Péril fécal

KEYWORDS
Enterobacteriaceae, Escherichia coli , Extended-spectrum β-lactamase (ESBL), CTX-M, Fecal peril

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (138 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier