ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Médecine Intensive Réanimation

2496-6142
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2011 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 21/3 - 2012  - pp.334-343  - doi:10.1007/s13546-012-0469-6
TITRE
Nouveaux traitements de l’infection chronique par le virus de l’hépatite C

TITLE
New treatments for chronic hepatitis C virus infection

RÉSUMÉ

La bithérapie par interféron pégylé et ribavirine, traitement de référence de l’hépatite C chronique depuis 1998, permet de guérir environ 55 % des patients, porteurs des virus de tous génotypes confondus, et 45 % de ceux infectés par le virus de génotype 1 qui est le plus fréquent. La guérison, définie par une indétectabilité de la virémie 24 semaines après l’arrêt du traitement (qui correspond à la réponse virologique soutenue [RVS]), est associée à une amélioration du pronostic des patients par le biais d’une diminution de la mortalité et de la morbidité. Plus de 50 % des patients porteurs du virus de génotype 1 n’étant pas guéris, de nouvelles molécules ont été développées, et ce, grâce à l’amélioration de la compréhension du cycle de réplication virale et la caractérisation d’enzymes virales, cibles thérapeutiques potentielles: antiviraux directs spécifiques du virus de l’hépatite C (VHC) de génotype 1 (inhibiteurs de la protéase NS3/NS4A) ou à plus large spectre (inhibiteurs de la NS5A, inhibiteurs de la polymérase NS5B, inhibiteurs d’entrée) et antiviraux non spécifiques du VHC (nouveaux interférons, inhibiteurs de la cyclophiline). Les inhibiteurs de protéases ont permis une augmentation de la RVS de 20 à 30 % chez les patients naïfs ou non répondeurs (NR) par rapport à la bithérapie pégylée. Ils représentent un véritable tournant dans la prise en charge, mais modifient également la gestion de la tolérance au traitement avec l’apparition de nouveaux effets secondaires. Par ailleurs, les indications de traitement restent les mêmes, sachant qu’il n’y a jamais d’urgence à traiter un patient, les patients cirrhotiques devant être traités « relativement » rapidement. À l’avenir, les principales limites de ces trithérapies seront la tolérance (cutanée ou hématologique, contournable), le coût, l’observance thérapeutique, les résistances virales et les interactions médicamenteuses qu’il nous faudra dépasser par une éducation thérapeutique à la fois des patients mais aussi des cliniciens. La prochaine étape thérapeutique sera la combinaison de médicaments en prise orale, permettant ainsi une meilleure efficacité et sécurité des traitements.



ABSTRACT

Treatment of hepatitis C virus (HCV) infection by the combination of pegylated interferon and ribavirin has been the standard of care since 1998 and has helped to achieve a sustained virologic response (SVR) in more than 50% of patients with chronic infection. SVR represents a complete recovery from the infection, but more than 50% of genotype-1-infected patients do not achieve SVR. Progress in the understanding of the viral cycle and the characterization of the viral enzymes which are possible targets have resulted in the development of new molecules including direct-acting antivirals targeted against HCV with specificity for either genotype-1 (protease inhibitors NS3/NS4A) or wider spectrum (NS5A inhibitors, polymerase inhibitors NS5B or entry inhibitors), and nonspecific antivirals (new interferons, cyclophilin inhibitors). We review the results of phase III trials, which have clearly shown a 20% to 30% increase in the SVR rate of genotype-1-infected patients, both naive and who have received previous treatments. These new drugs have been approved at the end of 2011, after an early compassionate access to cirrhotic patients who have experienced a previous relapse or partial response to the combination therapy. In the future, the main limitations of the triple therapy will be safety against adverse effects (including skin rash and anemia, which may be easily controlled), cost, adherence, viral resistances, and drug-drug interactions that we have to avoid by therapeutic education of patients and physicians.



AUTEUR(S)
M. COROUGE, S. POL

Reçu le 12 décembre 2011.    Accepté le 24 février 2012.

MOTS-CLÉS
Virus de l’hépatite C, Interféron pégylé, Ribavirine, Inhibiteurs de protéases

KEYWORDS
Hepatitis C virus, Pegylated interferon, Ribavirin, Protease inhibitors

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (364 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier