ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Médecine Intensive Réanimation

2496-6142
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2011 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 21/4 - 2012  - pp.419-428  - doi:10.1007/s13546-012-0487-4
TITRE
Insuffisance rénale aiguë : intérêt des nouveaux biomarqueurs

TITLE
Acute renal failure: the interest in new biomarkers

RÉSUMÉ

L’insuffisance rénale aiguë (IRA) est le terme générique utilisé pour décrire une diminution rapide du débit de filtration glomérulaire (DFG), ainsi que ses conséquences sur les déchets azotés. Les définitions actuelles de l’IRA tiennent compte de la diurèse et de l’élévation de la créatinine plasmatique. Si l’oligurie ou l’anurie peuvent survenir rapidement, elles témoignent aussi bien d’une adaptation rénale à une hypovolémie que de la présence de lésions ischémiques sévères. La créatinine plasmatique est un marqueur des variations du DFG qui n’est ni sensible ni spécifique. Son élévation est, de plus, tardive après agression rénale. Afin de diagnostiquer plus précocement l’IRA, de détecter l’agression rénale ou l’existence de lésions tubulaires, plusieurs marqueurs fonctionnels ou lésionnels ont été développés. Les dosages plasmatique ou urinaire de NGAL (neutrophil gelatinase-associated lipocalin) ou de la cystatine C, le dosage urinaire de KIM-1 (kidney injury molecule-1) ou de la NHE3 (sodium-hydrogene exchanger type 3) sont autant de biomarqueurs proposés, prometteurs dans les études préliminaires, mais dont les études de confirmation tardent à venir. Dans cette revue, nous préciserons les limites aux définitions actuelles de la créatinine plasmatique, les résultats actuels obtenus avec ces nouveaux biomarqueurs et les principales limites à leur utilisation ou à l’interprétation des données disponibles à ce jour.



ABSTRACT

Acute renal failure (ARF) is the generic term used to describe a rapid decrease in the glomerular filtration rate (GFR), as well as its consequent effects on nitrogenous wastes. Current definitions of ARF take into account urine output and increase in serum creatinine levels. If occurring rapidly, oliguria and anuria may correspond to both renal changes as result of hypovolaemia and presence of severe ischemic injuries. Serum creatinine is a marker for variations in GFR, which is neither sensitive or accurate. In addition, its increase is delayed following renal damage. Thus, in order to provide an early diagnosis of ARF and to detect renal damage or tubular injuries, a number of functional and lesional markers have been developed. Plasma and urine NGAL (neutrophil gelatinase-associated lipocalin) and cystatin C concentrations as well as urine as KIM-1 (kidney injury molecule-1) and NHE3 (sodium-hydrogene exchanger type 3) concentrations have been proposed as valuable biomarkers; however, results from confirmatory trials are still not available. In this review, we will discuss the limits in the current definitions of serum creatinine concentrations, the current results obtained with the new biomarkers, and the major concerns that may limit their use and interpretation of the available data.



AUTEUR(S)
B. PONS, F. VINCENT, F. ZENI, M. DARMON

Reçu le 21 février 2012.    Accepté le 30 avril 2012.

MOTS-CLÉS
Insuffisance rénale aiguë, Agression rénale, NGAL, KIM-1, L-FABP, Cystatine C, NHE3, Réanimation

KEYWORDS
Acute renal failure, Renal damage, NGAL, KIM-1, L-FABP, Cystatin C, NHE3, ICU

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (162 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier