ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Médecine Intensive Réanimation

2496-6142
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2011 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 21/5 - 2012  - pp.557-562  - doi:10.1007/s13546-012-0470-4
TITRE
Diagnostic et prise en charge du delirium auprès des patients de réanimation: enquête en France

TITLE
Diagnosis and management of delirium in critical care patients: a French national survey

RÉSUMÉ

La survenue d’un épisode de delirium en réanimation a des conséquences sur la mortalité, la durée de séjour, les coûts et les performances cognitives à long terme. Aucune étude n’a rapporté les attitudes des réanimateurs français face à ce problème. Nous avons mené une enquête nationale interrogeant les praticiens sur leurs attitudes diagnostique et thérapeutique.

Un questionnaire envoyé par courriel aux médecins réanimateurs membres de la Société de réanimation de langue française (SRLF). Après le premier envoi, deux messages de rappel étaient envoyés aux non-répondeurs sur une période de 75 jours.

Le taux de réponse était de 25,7 % (n = 283). Seuls 10 % (n = 28) des répondeurs déclaraient dépister les delirium avec un outil validé. Ainsi, 60 % des répondeurs estimaient que le délirium survient chez moins de 25% des patients. Les neuroleptiques, les benzodiazépines et l’hydroxyzine étaient les traitements de première ligne utilisés respectivement selon 77, 55 et 36 % des répondeurs. La mobilisation des patients intubés survenait concrètement moins souvent qu’estimé possible. La fréquence et la sévérité du délirium étaient estimées comme plus élevées chez les réanimateurs qui le dépistaient.

Les répondeurs parmi les réanimateurs français dépistent rarement le deliriumavec un outil validé. La prise en charge thérapeutique diverge souvent des recommandations.



ABSTRACT

Delirium has severe consequences on hospital mortality, length of stay, costs, and long-term cognitive function. No study has ever investigated French intensivists’ attitude, a basis for management improvement. We conducted a national survey to describe the attitudes of French intensivists toward delirium screening and management.

A questionnaire was sent by e-mail to the intensivists of the French intensive care society. Up to three e-mails have been sent to nonrespondents during a 75-day period.

The response rate was 25.7% (n = 283). Twenty-eight respondents (10%) reported screening for delirium with a validated screening tool. Among respondents, 60% estimated that delirium occurs in less than 25% of intubated patients. Antipsychotics, benzodiazepines, and hydroxizine were prescribed as first-line therapy in 77%, 53%, and 36% of the cases, respectively. Mobilization of intubated patients occurred less frequently than estimated as possible. Physicians who screened for delirium had a higher estimation of its severity and occurrence than physicians who did not.

Respondents among French intensivists rarely screen for delirium with a dedicated tool. Treatments reported as used in that setting are often different from the guidelines.



AUTEUR(S)
B. SZTRYMF, F.M. JACOBS, D. PRAT, J. FICHET, O. HAMZAOUI, A. AVENEL, F.G. BRIVET

Reçu le 15 avril 2012.   

MOTS-CLÉS
Delirium, Enquête, Dépistage, Réanimation

KEYWORDS
Delirium, Survey, Screening, Critical care

LANGUE DE L'ARTICLE
Anglais

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (146 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier