ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Médecine Intensive Réanimation

2496-6142
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2011 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 21/5 - 2012  - pp.657-663  - doi:10.1007/s13546-012-0513-6
TITRE
Transplantation bipulmonaire et kinésithérapie postopératoire en réanimation

TITLE
Lung transplantation and physical therapy in the intensive care

RÉSUMÉ

La transplantation pulmonaire est devenue le traitement de référence des insuffisances respiratoires terminales, en l’absence de contre-indications chez des patients sélectionnés. Une approche multidisciplinaire est indispensable dans la phase postopératoire en réanimation et soins intensifs. La kinésithérapie occupe une place importante dans la prise en charge. Si les suites immédiates sont simples, le kinésithérapeute intervient très précocement, tant au niveau respiratoire que moteur pour lutter contre la diminution des volumes respiratoires et leurs conséquences. L’objectif est de limiter les complications. Les exercices respiratoires sont fondés sur la spirométrie incitative volumétrique et la modulation du flux expiratoire. Le travail moteur doit permettre la marche dès que possible. En cas de complications, le kinésithérapeute intervient sur le positionnement, la mobilisation passive et active des patients, et enfin sur leur verticalisation. Sur le plan respiratoire, le but est le désencombrement et le sevrage de la ventilation mécanique. Une nouvelle technique se développe actuellement avant la transplantation en situation de super-urgence: l’oxygénation par membrane extracorporelle (ECMO) en « bridge ». Là aussi, la kinésithérapie, tant motrice que respiratoire, est fondamentale pour reconditionner le patient et lui permettre d’aborder la transplantation dans de meilleures conditions. Les soins de kinésithérapie doivent être réalisés dans un environnement adapté, par une équipe formée dans un cadre pluridisciplinaire.



ABSTRACT

Lung transplantation becomes a standard treatment of terminal pulmonary diseases in selected patients with no contraindication. Multidisciplinary approach is essential in the postoperative time in the intensive care unit. Physiotherapy plays an important role in patient’s management. If the immediate period is often simple, the physical therapist is early involved in both respiratory and muscular readaptation to compensate the consequences of lowered respiratory volumes. The objective is to reduce the rate of complications. Breathing exercises are based on volumetric incentive spirometry and expiratory flow modulation. Motor work aims to allow patient walking as soon as possible. In case of complications, the physical therapist works on patient’s positioning, passive and active mobilization, as well as standing. Regarding breathing, the goal is airway deconstruction and weaning from mechanical ventilation. A new technique called extracorporeal oxygenation membrane (ECMO)-based bridge is currently being developed before transplantation in situation of great emergency. In this setting, physiotherapy is essential to prepare the patient for the upcoming transplantation in improved conditions. Physiotherapy must be performed in a suitable environment by a multidisciplinary team.



AUTEUR(S)
J.-B. GAMICHON, C. DELETANG, D. CHAPEAU, É. HORVAT, F. PARQUIN

Reçu le 24 août 2012.    Accepté le 28 août 2012.

MOTS-CLÉS
Transplantation pulmonaire, Kinésithérapie, Oxygénation par membrane extracorporelle

KEYWORDS
Lung transplantation, Physiotherapy, Extracorporeal oxygenation membrane

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (349 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier