ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Médecine Intensive Réanimation

2496-6142
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2011 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 21/S2 - 2012  - pp.455-459  - doi:10.1007/s13546-011-0423-z
TITRE
Le monoxyde d’azote : quelle place en réanimation ?

TITLE
Nitric oxide: role in the intensive care medicine?

RÉSUMÉ

Cette revue présente les points importants concernant l’utilisation du monoxyde d’azote (NO) inhalé en réanimation de l’adulte. Le rappel sur les effets physiologiques du NO inhalé rend compte de son utilisation à la fois dans la surcharge cardiaque droite liée à toute forme d’élévation de pression artérielle pulmonaire et dans les anomalies des rapports ventilation/perfusion. Cet effet dilatateur vasculaire pulmonaire sélectif a été utilisé comme traitement de l’hypoxémie sévère au cours de l’atteinte respiratoire aiguë, en particulier pour le syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA). Malheureusement, les quatre essais thérapeutiques contrôlés réalisés dans le SDRA chez l’adulte n’ont pas montré de bénéfice sur la mortalité, limitant alors la place du NO inhalé aux seules formes extrêmes de cette atteinte respiratoire. Le coût élevé du médicament ainsi que sa complexité d’administration en termes de sécurité d’emploi ont stimulé la recherche de solutions alternatives. Parmi cellesci, l’utilisation d’inhibiteurs de la phosphodiestérase-5, enzyme recyclant la guanosine monophosphate cyclique (cGMP), second messager du NO, semble engendrer des effets proches de ceux du NO inhalé. Cet article reprend les principales recommandations publiées par la Société européenne de réanimation (ESICM).



ABSTRACT

This article reviews the most important issues regarding the use of inhaled nitric oxide (NO) therapy in adult acute medicine. The physiological rationale on inhaled NO property as selective pulmonary vasodilating drug suggests its use in right ventricular overload caused by pulmonary hypertension. Therefore, this property has been used to improve the ventilation/perfusion mismatch and severe arterial hypoxemia in patients with acute respiratory distress syndrome (ARDS). Four randomized control trials have been performed but none showed any benefit for the patients final outcome, thereby limiting the use of inhaled NO as a rescue therapy. Its high cost and complexity of administration have led to the search for alternative strategies. Among them, the use of phosphodiesterase type 5, the enzyme recycling the cyclic guanosine monophosphate (cGMP), the second NO messenger, seems to result in similar effects to that of inhaled NO. This review summarizes the main recommendations published by the European Society of Intensive Care Medicine (ESICM).



AUTEUR(S)
D. PAYEN

Reçu le 19 novembre 2011.    Accepté le 21 novembre 2011.

MOTS-CLÉS
Monoxyde d’azote, Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA), Vasodilatation, Hypertension artérielle pulmonaire

KEYWORDS
Nitric oxide, Acute respiratory distress syndrome (ARDS), Vasodilatation, Pulmonary arterial hypertension

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (103 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier