ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Médecine Intensive Réanimation

2496-6142
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2011 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 22/4 - 2013  - pp.427-438  - doi:10.1007/s13546-013-0668-9
TITRE
Dermohypodermites bactériennes nécrosantes et fasciites nécrosantes : chez l’enfant aussi !

TITLE
Necrotizing soft tissue infections and necrotizing fasciitis: in childhood too!

RÉSUMÉ

Les dermohypodermites bactériennes nécrosantes associées ou non aux fasciites nécrosantes sont des infections bactériennes rares chez l’enfant. Parmi les facteurs de prédisposition, on retrouve la varicelle et les traumatismes. Il est important de reconnaître tôt ces infections avant l’apparition de complications, notamment l’extension des plages de nécrose et le choc septique. La prise en charge thérapeutique est médicochirurgicale et nécessite une hospitalisation dans une unité de réanimation pédiatrique. Pour les infections cervicales, périorbitaires et périnéales, l’imagerie par résonance magnétique et la tomodensitométrie peuvent apporter une aide intéressante pour déterminer l’extension de la nécrose dans les tissus profonds. Cependant, les indications doivent être discutées en fonction des territoires incriminés et le délai de réalisation ne doit pas retarder la prise en charge. Le streptocoque β-hémolytique du groupe A (Streptococcus pyogenes) est le microorganisme prépondérant de ces infections, bien que l’incidence de Staphylococcus aureus, sécréteur ou non de toxines, soit en constante augmentation. Le décès survient chez 5 à 20 % des patients. Le pronostic dépend de la précocité du diagnostic et de la rapidité de mise en route de l’antibiothérapie et du traitement chirurgical. Cette prise en charge multidisciplinaire en urgence est parfois difficile à organiser chez l’enfant, compte tenu de la rareté de ces infections.



ABSTRACT

Necrotizing soft tissue infection in children with or without necrotizing fasciitis is a rare bacterial infection. Varicella and trauma represent the most frequent predisposing factors. These infections must be early diagnosed, before the occurrence of any complication, including extension necrosis of soft tissue and septic shock. Magnetic resonance imaging and computed tomography-scan are helpful to delimit necrosis extent in deeper tissues. However, indications should be discussed according to infection localisation and imaging timing should not delay appropriate care. Group A β-hemolytic streptococcus is the most common microorganism associated with these infections, although incidence of Staphylococcus aureus is increasing. Death occurs in 5–20% of patients. Good prognosis is related to early diagnosis, antibiotic treatment and surgery. This emergent multidisciplinary approach is sometimes difficult to manage in paediatrics because of the rarity of these infections.



AUTEUR(S)
R. BLONDÉ, J. NAUDIN, H. SEE, T. GALAS, É. BINGEN, S. LE GARREC, S. DAUGER

Reçu le 21 décembre 2012.    Accepté le 4 février 2013.

MOTS-CLÉS
Pédiatrie, Infection cutanée, Réanimation, Choc septique

KEYWORDS
Paediatrics, Skin infection, Intensive Care, Septic shock

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (257 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier