ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Médecine Intensive Réanimation

2496-6142
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2011 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 22/6 - 2013  - pp.583-592  - doi:10.1007/s13546-013-0733-4
TITRE
Épidémiologie des traumatismes crâniocérébraux chez l’enfant

TITLE
Epidemiology of traumatic brain injury in children

RÉSUMÉ

Les traumatismes crâniocérébraux (TCC) graves sont une cause fréquente de décès et de séquelles neurologiques à long terme. L’épidémiologie des TCC graves est mal connue car les définitions diffèrent selon les études. Les études basées en population sont rares, la plupart sont issues de données hospitalières prenant rarement en compte les décès préhospitaliers. L’incidence annuelle des TCC graves dans les pays riches varie de 2,3 à 17 pour 100 000 en utilisant l’échelle de Glasgow et peut atteindre 46 pour 100 000 avec d’autres classifications. Les TCC graves représentent 3 à 10 % des TCC, à l’origine d’une mortalité annuelle de 2,5 à 9 pour 100 000. Les accidents de la circulation représentent la majorité des TCC graves et des décès chez les enfants, largement devant les chutes. La part des chutes, de la maltraitance et des chocs directs est beaucoup plus importante chez les nourrissons. Les TCC infligés, probablement sous-estimés, sont des TCC graves et représentent un quart des décès par TCC graves chez le nourrisson de moins d’un an. La létalité des TCC graves est de 15–20 %. Le taux de séquelles à long terme varie selon le type de séquelles évalué et les outils de mesure. Il est plus élevé après un TCC infligé. Parmi les enfants avec TCC grave, un tiers développe des troubles psychocomportementaux, 20 à 30 % des incapacités et des troubles cognitifs, 60–70 % se plaignent de fatigue, troubles de concentration et de comportement, et dans 50 % des cas des dysfonctions familiales surviennent.



ABSTRACT

Severe traumatic brain injury (TBI) is a frequent cause of death and long-term disabilities. The epidemiology of severe TBI is not well-known due to variations in TBI definitions among the studies. Population based-studies are scarce, mostly including hospitalization data and rarely deaths on the scene. The annual incidence of severe TBI in the developed countries varies from 2.3 to 17 per 100,000 if based on Glasgow coma scale and reaches 46 per 100,000 if based on others classifications. Severe TBI represents 3 to 10% of all TBIs. The annual mortality rate of severe TBI varies from 2.5 to 9 per 100,000. The most frequent cause of severe TBI and TBI-related death in children is road accidents, falls being less frequent. Percentages of fall, child abuse, and direct hit by objects are higher in infants. Inflicted TBI, probably underestimated, belong to severe TBI and represent one quarter of severe TBI-related deaths in infants of less than one year. The case-fatality rate of severe TBI is around 15–20%. The rate of long-term disabilities varies according to the type of assessed disability and the tools used for its measurement. It is higher following an inflicted TBI. Among children with severe TBI, one third develops psycho-behavioral disorders, 20 to 30% disabilities and cognitive disorders and 60–70% fatigue, behavioral and concentration disorders. In more than 50% of TBI cases, familial dysfunctions occur.



AUTEUR(S)
E. JAVOUHEY

Reçu le 23 septembre 2013.    Accepté le 14 octobre 2013.

MOTS-CLÉS
Épidémiologie, Traumatisme crânien, Enfant, Incidence, Mortalité, Séquelles

KEYWORDS
Epidemiology, Traumatic brain injury, Child, Incidence, Mortality, Disability

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (160 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier