ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Médecine Intensive Réanimation

2496-6142
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2011 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 22/S2 - 2013  - pp.374-382  - doi:10.1007/s13546-012-0567-5
TITRE
Altérations du sommeil en unité de soins intensifs

TITLE
Sleep alterations in the intensive care unit

RÉSUMÉ

Le sommeil des patients de soins intensifs est souvent très altéré. Le meilleur moyen d’étudier le sommeil en réanimation est la polysomnographie; mais cet examen reste complexe à réaliser dans cet environnement. Ces altérations du sommeil sont particulières et incluent des anomalies de l’électroencéphalogramme de sommeil et de veille qui compliquent la reconnaissance des stades. D’autres outils de quantification du sommeil chez ces patients sont en cours de développement. Le sommeil de la plupart d’entre eux est désorganisé avec de fréquents épisodes de sommeil durant la journée. Un déficit en sommeil profond et paradoxal ainsi qu’une fragmentation importante sont rapportés par la plupart des études. Les causes sont liées à l’environnement sonore et lumineux ainsi qu’aux soins continus. La ventilation assistée, les médicaments, la sédation, la perte du cycle activité-repos et la diminution de la production de mélatonine concourent à ces altérations du sommeil. Les conséquences biologique et neuropsychiatrique de cette privation de sommeil pourraient avoir un impact sur la morbidité de ces patients. Des techniques visant à préserver le sommeil ont été tentées, mais les résultats restent pour le moment peu concluants.



ABSTRACT

Intensive care unit (ICU) environment is not propitious for restoring sleep. Alterations in sleep have potential detrimental consequences, explaining increasing interest in the field over the last years. Methods to study sleep in the ICU have significant limitations. Accurate sleep analysis requires full polysomnography; however, polysomnographic patterns of normal sleep are frequently lacking in these patients and conventional scoring rules may be inadequate. Patients experience severe alterations of sleep with sleep loss, sleep fragmentation, and sleep-wake cycle disorganization. Many factors may contribute to these abnormalities, including patient-related (e.g., disease severity) and environmental factors (e.g., continuous exposure to light and noise, around-the-clock care, and medications). Health-support techniques like mechanical ventilation and sedation may also contribute to sleep disruption. The impact of sleep disturbances on morbidity and mortality in ICU patients remains unknown, but inferences from experimental studies or indirect evidence suggest possible immune function alterations and neuropsychological dysfunction that could hamper weaning from assisted ventilation. Whether sleep disruption in ICU patients is independently associated with adverse outcomes or merely represents a marker for cerebral dysfunction remains to be determined. However, whatever meaning and mechanisms of these alterations are, specific measures are recommended to protect sleep and circadian rhythm in ICU.



AUTEUR(S)
X. DROUOT, A.-W. THILLE

Reçu le 5 septembre 2012.    Accepté le 14 novembre 2012.

MOTS-CLÉS
Sommeil, Soins intensifs, Polysomnographie, EEG

KEYWORDS
Sleep, Intensive cares, Polysomnography, EEG

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (146 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier