ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Médecine Intensive Réanimation

2496-6142
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2011 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 22/S2 - 2013  - pp.365-373  - doi:10.1007/s13546-012-0622-2
TITRE
Implications pratiques des changements de seuils de sensibilité aux bêtalactamines des entérobactéries

TITLE
Practical implications of lowered break-points for enterobacteria

RÉSUMÉ

L’abaissement des concentrations critiques des bêtalactamines a contribué à optimiser leur utilisation. Cela est particulièrement patent pour le couple céphalosporines de troisième et quatrième génération — aztréonam/entérobactéries productrices de bêtalactamases à spectre élargi. L’interprétation phénotypique, qui a prévalu jusqu’en 2011, obligeant à considérer comme « I » ou « R » toute souche hébergeant une BLSE, a été abandonnée au profit d’un abaissement significatif des break-points. Il est désormais possible de considérer qu’une souche d’entérobactérie hébergeant une BLSE soit sensible à l’une ou l’autre de ces molécules à la condition que la concentration minimale inhibitrice (CMI), qu’il est donc impératif de mesurer, soit inférieure ou égale à la concentration critique inférieure. Cette sensibilité/résistance est dissociée et peut ne s’adresser qu’à l’une ou l’autre des molécules du groupe. Le bénéfice attendu de cette situation nouvelle est une diminution de l’utilisation des carbapénèmes sur ce type de souches. L’utilisation d’une céphalosporine de troisième et quatrième génération — aztréonam sur une souche BLSE+, mais « S » à l’antibiogramme — doit donc être précédée d’une détermination de la CMI et faire l’objet de fortes posologies et d’une association d’antibiotiques comme avec un aminoside. Bien qu’ayant également été diminuées, les concentrations critiques inférieures des carbapénèmes (imipénème et méropénème) restent encore vraisemblablement trop élevées.



ABSTRACT

Lowering break-points of beta-lactam antibiotics greatly contributed to optimize their use. This is obvious with the third and fourth generation cephalosporins and aztreonam in relation to the extended spectrum beta-lactamase (ESBL)-producing enterobacteria. Up to 2011, antibiogram interpretation used to consider any ESBL-positive strain as “intermediate” or “resistant” to these antibiotics. Since this date, breakpoints of beta-lactam antibiotics has been lowered, allowing ESBL-positive strains to be considered as susceptible, given that the minimum inhibitory concentration (MIC) (whose measurement is mandatory) is lower than or equal to the lowest break-point. The resistance/susceptibility pattern is sometimes dissociated regarding these antibiotics. Expected benefits of this recent approach include the decrease in carbapenem use in ESBL-positive infections. Administration of third and fourth generation cephalosporins and aztreonam to treat ESBL-producing strains, appearing susceptible based on the disk diffusion test, requires measurement of the exact MIC. Patients with ESBL-positive infections treated using these antibiotics should receive high-dosage regimens and combinations with other classes of antibiotics like aminoglycosids. However, despite a significant decrease, the current break-points of carbapenems (imipenem and meropenem) likely remain too high.



AUTEUR(S)
F. JEHL, F. SCHRAMM

Reçu le 3 octobre 2012.    Accepté le 18 novembre 2012.

MOTS-CLÉS
Entérobactérie, Break-point , Bêtalactamase à spectre élargi, Carbapénème

KEYWORDS
Enterobacteria, Break-point, Extended spectrum beta-lactamase, Carbapenem

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (338 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier